Retour à l'accueil

Association des
Amis du Vieil Arles

Cet espace est dédié à l'annonce d'une sélection d'évènements ou d'informations ayant trait au partrimoine d'Arles et du Pays d'Arles ou organisés par des structures partenaires, associatives, institutionnelles ou privées.

Ceux relevant de l'activité des Amis du Vieil Arles sont détaillés dans la rubrique Activités.

Actualités

Conférence au musée départemental Arles antique jeudi 27 avril à 18 h

Bilan et perspectives des fouilles archéologiques de la verrerie de Trinquetaille

Conférence de Marie-Pierre Rothé et Alain Genot, archéologues au musée et Julien Boislève, spécialiste des enduits peints (Inrap) sur la campagne de fouilles de la Verrerie de Trinquetaille, avec la restitution du bilan 2016 et les perpectives pour 2017.

Gratuit dans la limite des places disponibles.

Site internet du musée : ICI

Conférence au musée départemental Arles antique vendredi 28 avril à 18 h 30

Le musée départemental Arles antique et UPOP’Arles, l’Université populaire du pays d’Arles proposent une conférence de Jean-Paul Demoule, suivie d'un débat sur le thème :

L'archéologie du temps présent - en quoi peut-elle nous renseigner sur notre propre société ?

L’archéologie est-elle seulement cette discipline romantique qui étudie les sociétés disparues en fouillant le sol ? Et qui s’intéresserait surtout aux trésors, le tombeau de Toutankhamon en Égypte (et son éventuelle « chambre secrète »), l’armée d’argile du premier empereur de Chine, ou encore la tête attribuée à César au fond du Rhône ? En peu d’années, l’archéologie a changé de statut et est devenue la science des vestiges matériels de toutes les sociétés humaines, qu’elles soient anciennes, récentes, ou même contemporaines. Fouille du monument soviétique de l’exposition universelle de Paris en 1937 Ainsi la fouille du Louvre sous la future pyramide de verre a révélé tout un quartier de Paris du XVIe au XVIIIe siècle, avec sa vie quotidienne.

Jean-Paul Demoule est professeur émérite d’archéologie à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Il est spécialiste du néolithique et de l’âge du Fer, a fouillé en France et dans les Balkans et a présidé l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) de sa création en 2002 jusqu’en 2008.

Site Internet du musée : ICI et de l'UPOP'Arles : ICI

 

Exposition de l'association Reneissenço du 29 avril au 2 mai dans la chapelle Sainte-Anne

Avec l'exposition « Du béguin... aux ganses », l'association Reneissenço réunit des tissus, des rubans d'Arlésiennes et des costumes traditionnels.

Chapelle Sainte-Anne - place de la République, du samedi 29 avril au mardi 2 mai 2017 de 10 h à 19 h.

Entrée libre

Conférence de l'Académie d'Arles dimanche 30 avril 2017 à 17 h 30 à l'enclos Saint-Césaire

 

 

Le président et les membres de l'Académie d'Arles invitent le public aux conférences du dimanche à l'Enclos Saint-Césaire (Hauture). Les séances de l'Académie d'Arles sont publiques.

Dimanche 30 avril 2017 à 17 h 30, M. Michel Banniard, prononcera une conférence sur le thème :

Le roman du latin : genèse des langues d'oc et d'oïl entre continuités et métamorphoses (VIe - IXe siècles)

 

Entrée libre.

 

 

Exposition à l'Espace Van Gogh doublée dune projection au musée de la Camargue du 20 avril au 1er mai 2017

« Hospitalia »

Apres avoir été exposé en Italie à Vercelli, Turin, Milan, Naples, Florence et Venise, le projet photographique d’Elena Franco sur les anciens hôpitaux européens est présenté à Arles, à l’Espace Van Gogh, avec une projection au musée de la Camargue.

Ce glossaire visuel nous propose des nouvelles clés pour la lecture du patrimoine hospitalier en Europe – du Moyen Âge au XXe siècle – et, avec un focus sur les villes jumelées de Vercelli et Arles. Il nous offre la possibilité de découvrir la Camargue sous un nouvel angle.

Une exposition et une projection, une conférence et une visite guidée à la découverte des mas de Camargue qui étaient autrefois des propriétés de l’Hôtel-Dieu d'Arles, permettront de mieux comprendre l’esprit d’accueillance et les mécanismes de solidarité du passé.

Du jeudi 20 avril au lundi 1er mai 2017 de 11 h à 19 h à l'Espace Van Gogh ; de 9 h à 12 h 30 et de 13 h à 18 h au musée de la Camargue (musée fermé le 1er mai)

Entrée libre à l'espace Van Gogh / vidéo comprise dans le billet d'entrée au Musée de la Camargue

Exposition photographique à l'office de tourisme de Port-Saint-Louis-du-Rhône du 24 au 28 avril 2017

Agenda culturel du printemps de la ville d’Arles

 

 

 

 

L'agenda culturel du printemps de la ville d’Arles est ICI :

Tout le programme du printemps arlésien au jour le jour : concerts, spectacles, expositions, conférences... Il est également disponible à l'accueil de la mairie d'Arles et à l'office de tourisme.

 

 

 

 

 

Journées de l'Antiquité en Languedoc-Roussillon - 2017

Le programme des Journées de l’Antiquité en Languedoc-Roussillon 2017 est à présent disponible. On peut le consulter ICI.

Exposition au musée Réattu du 8 avril au 11 juin 2017

Germaine Pratsevall, papiers chiffons...

Germaine Pratsevall (née en 1935) est une artiste rare et une femme de mémoire, fidèle en amitié artistique. Le musée Réattu lui a consacré sa première exposition institutionnelle en 1986 et à cette occasion, l’artiste avait fait don au musée d’une œuvre grand format caractéristique de son travail.

C’est presque naturellement qu’en 2016, l’artiste a décidé de faire don au musée de 350 peintures, créées entre 1979 et 2004 et 134 gravures. Cette donation n’a été rendue possible que grâce au travail d’inventaire mené par Dominique Mazel, ancienne conservatrice de la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence.

Germaine Pratsevall est un peintre de la couleur et surtout de la lumière. Son support de création unique est le papier chiffon, qu’elle perfore à l’aiguille pour permettre à l’air et à l’espace de pénétrer. Elle trempe ensuite la feuille dans un bac rempli de peinture, complicité avec le geste du graveur ─ sa formation initiale ─ qui passe sa plaque dans le bain d’acide. Ce geste premier est essentiel, car la couleur n’est pas posée sur le papier, elle le pénètre. On ne peut que penser à la phrase d’Yves Klein, « la couleur habite l’espace ». Après séchage, l’œuvre est reprise au pinceau, souvent à plusieurs reprises.

Exposition du vendredi 7 avril au dimanche 11 juin 2017, de 10 h à 18 h du mardi au dimanche - Fermé le lundi

Tarif : de 7 à 9 € - gratuit pour les Arlésiens sur justificatif.

Musée Réattu, 10 rue du Grand Prieuré.

Site internet : www.museereattu.arles.fr

Illustrations :
Germaine PRATSEVALL, 1935, Sans titre, 1980, peinture et encres sur papier perforé, Musée Réattu, Arles, inv. 2016.3.148.1 à 2016.3.148.4 (rectos), don de l’artiste en 2016
Germaine PRATSEVALL, 1935, Sans titre, 2004, peinture et encres sur papier perforé, Musée Réattu, Arles, inv. 2016.3.119.1 et 2016.3.119.2 (recto), don de l’artiste en 2016

Spectacles et animations dans les monuments pendant les vacances de printemps du 1er au 30 avril 2017

Chaque jour durant les vacances de printemps (toutes zones), les six monuments d'Arles inscrits sur la liste du patrimoine mondial sont le théâtre d'animations variées destinées aux familles. Ces offres de visite vous permettent de découvrir l'histoire et l'architecture de ces édifices remarquables par des activités amusantes et instructives. Au programme : visites guidées, visites spectacles, visites en famille, démonstrations.

Programme complet téléchargeable ICI.

Aucune activité dans l'amphithéâtre (arènes) du 14 au 17 avril en raison de la Feria.

Site internet : ICI

Activités incluses dans le billet d'entrée, entrée gratuite pour les moins de 18 ans et les Arlésiens.

 

Exposition collective du 24 mars au 24 décembre à Arles Gallery, 8 rue de la Liberté

Arles Gallery, représentée par Anne Eliayan, et l’atelier de photographie de Françoise Galeron proposent, une nouvelle exposition collective sur un thème ayant lien avec Arles : plongez dans le passé antique de la ville.

Un savant mélange autour d’Arles, de l’Antiquité et de la mythologie, plus de 2000 ans d'Histoire qui peuvent se résumer en un mot : « Héritage. »

De nombreux artistes, Arlésiens, mais aussi des quatre coins de l’Europe (et même plus loin) proposent leurs interprétations tantôt classiques, libres, modernes voire même décalées.

L'exposition fera également partie du programme off des Rencontres d'Arles de la Photographie 2017.

8 rue de la Liberté Arles

Du vendredi 24 mars au dimanche 24 décembre 2017, de 10 à 18 heures sauf le dimanche.

Site internet : www.ArlesGallery.com

Entrée libre.

 

Visite guidée en calèche aux Marais du Vigueirat du 1er mars au 31 octobre 2017

Venez découvrir les paysages authentiques de la Camargue, installés à bord d'une calèche...

Balade d'hiver d'octobre à fin avril :

Pour permettre aux espèces d'oiseaux nicheuses de se reproduire, la calèche ne circulera pas à l'intérieur de la zone classée réserve naturelle. Au rythme des chevaux, découvrez les activités agricoles et les traditions camarguaises en traversant la manade du Juge avec ses troupeaux de juments, de taureaux et de vaches Camargue. Autre point fort de la visite, les couples de cigognes perchés sur leur nid.

Balade d'été de début mai à fin septembre :

Tiré par des chevaux de trait, l'attelage suit un chemin tracé sur des digues d'anciennes piscicultures. Commentée par un guide, cette balade vous permettra de découvrir la patrimoine naturel et les écosystèmes de la Camargue. En plus de la faune sauvage (canards, oies, hérons, flamands roses, sangliers, couleuvres...), vous pouvez également observer les manades de chevaux et de taureaux.

Sur réservation, voir sur le site Internet : ICI

Tarif : 16 € adulte - ½ tarif enfants de 6 à 12 ans - gratuit pour les moins de 6 ans.

 

Exposition à la Fondation Van Gogh du 4 mars au 17 septembre

Calme et Exaltation. Van Gogh dans la collection Bührle

L’exposition « Calme et Exaltation. Van Gogh dans la Collection Bührle » présente huit tableaux de Vincent Van Gogh. Cette sélection met en lumière, non seulement les différentes étapes dans la carrière de l’artiste néerlandais, mais également la vision d’un collectionneur, l’industriel suisse Emil Bührle (1890-1956), pour lequel représenter la progression stylistique d’un artiste à travers une collection était primordial. Aussi, l’éclaircissement de la palette de Van Gogh et la synthétisation de diverses influences dans son art constituèrent le fil conducteur des acquisitions éclairées du collectionneur. La Fondation Vincent Van Gogh Arles s’est vu accorder un prêt de six toiles par la Fondation Collection E. G. Bührle à Zurich, détentrice de sept toiles de l’artiste au total. Les six toiles de cette collection sont ici présentées aux côtés de deux autres prêts.

Le Vieux Clocher (1884) et Tête de paysanne (1885) sont des œuvres de jeunesse, réalisées dans la ville néerlandaise de Nuenen ; Les Ponts d’Asnières (1887) et Autoportrait (1887) datent du séjour de l’artiste à Paris, où il s’inspira de l’impressionnisme et du pointillisme. Enfin, Les Sarcleuses et Branches de marronniers en fleur, toutes deux de 1890, témoignent de la maturité artistique qu’il atteignit à la fin de sa carrière. Avec Branches de marronniers en fleur, Van Gogh nous donne à voir l’exaltation du printemps. La touche y apparaît résolument vivace, les couleurs franches et la composition audacieuse par son horizontalité. La période provençale est, elle, représentée par deux prêts en provenance l’un d’une collection particulière et l’autre du musée Van Gogh d’Amsterdam. Bien que la lumière brillante et les couleurs éclatantes de la Provence aient nourri sa palette, Van Gogh utilise dans L’Entrée dans une carrière (1889) les teintes du Nord. L’Oliveraie (1889), également peinte dans les environs de Saint-Rémy, intègre dans le parcours de l’exposition l’un des motifs provençaux préférés de l’artiste.

Visites commentées : tous les jours à 11 h 30 et 15 h. Assurées par les médiatrices de la fondation en français, ces visites sont conduites en dialogue avec le public (petit groupe) et durent en moyenne 1 h 15.
Sans réservation, places limitées. 4 € + coût du billet.

Horaires : jusqu'au 31 mars, du mardi au dimanche de 11 h à 18 h ; à partir du 1er avril, tous les jours de 11 h à 19 h. Nocturne jusqu'à 21 h le premier jeudi du mois

Tarif plein : 9 €, tarif réduit : 7 €, tarif jeune et étudiant : 4 € ; gratuit pour les moins de 12 ans ; tarif famille : 15 €

Site Internet : www.fondation-vincentvangogh-arles.org

Appel aux dons pour la restauration d'une œuvre du peintre Jacques Réattu

2016-2017: Après le succès de la restauration du St Jean Baptiste de F-X. Fabre, le musée Réattu en partenariat avec l’association des Amis du musée, « Avec le Rhône en vis-à-vis », mène son deuxième appel au financement participatif dans le cadre de la restauration des grisailles du Temple de la Raison de Marseille peintes par Jacques Réattu en 1795. Cette recherche de mécénat porte sur le financement du coût de restauration de la grisaille intitulée Le Génie de la Liberté couronnant les Sciences et les Arts actuellement présentée dans le musée.

Le dossier complet peut être consulté ICI et un dossier de participation peut être téléchargé ICI

Site Internet du musée Réattu : ICI et de l'association des Amis du musée : ICI

Exposition à Graveson du 11 février au 31 août

Exposition organisée par le CREDD’O, 12 avenue Auguste Chabaud à Graveson

D’après l’ouvrage de Gabriel Boissy, entre histoire et mythologie, entre peinture et littérature, l’exposition fera voyager ensemble peintres et écrivains.
Elle mettra en avant les textes des écrivains provençaux, Mistral, Delavouët, Durand, Galtier, Moucadel, etc qui illustreront les tableaux de Léo Lelée et Auguste Chabaud.
Elle rendra enfin hommage à ces arbres symboliques en Provence « Eux, les arbres divins au feuillage éternel ! » comme les appelait « Monsieur Gute ».

Entrée gratuite et visite guidée sur rendez vous.

Exposition de photographies au musée Réattu du 28 janvier au 11 juin 2017

 

« Anatomie du paysage »

Lieu intimement lié à son environnement, le musée Réattu bénéficie d'une vue idyllique sur le Rhône qui constitue sa plus belle carte postale, sa première « photographie ». En s'installant ici, les chevaliers de Malte inventaient, probablement sans l'imaginer, un paysage parfaitement cadré, qui allait aimanter la vision des artistes des siècles plus tard. Le premier fut Jacques Réattu, auquel succédèrent de nombreux peintres, sculpteurs et photographes, tous fascinés par cette perspective.

 

                                                                                                                                                                          Visuel : Alain Bachelard, Sans titre, série H2O2 , 2002

Vue. Cadre. Perspective. Ces termes, hérités de la peinture, se retrouvent dans le vocabulaire de la photographie. Ils traduisent l'idée d'une découpe dans le réel opérée par l'artiste, qui prélève un élément du pays qui l'entoure pour en faire un « paysage ». D'où l'idée d'une forme d'anatomie, d'un art de la découpe appliqué au paysage, dont l'instrument n'est plus le scalpel mais l'objectif photographique.

La sélection des œuvres illustre ainsi la diversité des regards et retrace la conquête perpétuelle des photographes de nouveaux territoires d'expression. Révélant le génie des lieux, décelant dans le corps des liens insoupçonnés à la nature, ils ne cessent d'inventer de nouvelles formes de paysages, repoussant toujours plus loin les limites du genre : des parcs naturels américains d'Ansel Adams aux corps-paysages de Lucien Clergue, des vues urbaines de Robert Doisneau aux lieux de mémoire photographiés par Jean-Claude Gautrand et Ambroise Tézenas.

Du samedi 28 janvier au dimanche 11 juin 2017 de 10 h à 17 h (18 h à partir du 1er mars)

Site Internet du musée : ICI

Tarif : 8 €/6 €, gratuit pour les Arlésiens.

La collection de sculptures du musée Réattu s'expose

                                                                                                                                                                                                                                                                 Photographie : Colombe Clier, 2012

Le musée Réattu propose cette année un nouvel accrochage de ses collections permanentes prenant pour fil conducteur la sculpture. Ville minérale par excellence, héritière d'une tradition romaine qui fait de la pierre un symbole d'éternité, Arles et ses prestigieuses architectures se sont toujours merveilleusement prêtées à la pratique de la sculpture ornementale et monumentale. Vaisseau de pierre amarré au quai du Rhône, monument classé dépositaire d'un fonds lapidaire composé de blasons, gargouilles et décors de façades, conservatoire de figures emblématiques de l'histoire d'Arles – comme le Soleil de l'obélisque, hommage de Jean Dedieu à Louis XIV –, le musée est le reflet de ce lien entre architecture et sculpture, qui imprègne ses expositions et ses collections.

Dès les années 50, ce sont des sculptures majeures d'Ossip Zadkine et Germaine Richier qui donnent un nouvel élan à sa collection. Puis le musée fait découvrir aux Arlésiens les accumulations et les compressions d'Arman et César, venus peupler les salles romanes du cloître de Saint-Trophime. Ils sont suivis par Toni Grand, Bernard Pagès ou Bernard Dejonghe, qui multiplient les installations puisant dans le vocabulaire architectural : colonnes, stèles ou contreforts. Aujourd'hui, c'est dans le double rapport à l'architecture et au corps que cette collection s'enrichit toujours, avec des œuvres de Vincent Barré, Jean-Baptiste Caron, Christine Crozat, Vladimir Skoda ou Arnaud Vasseux.

Du samedi 28 janvier au mardi 15 août 2017 de 10 h à 17 h (18 h à partir du 1er mars)

Site internet du musée : ICI

Tarif : 9€ / 6€, gratuit pour les Arlésiens.

 

Les visites thématiques du musée bleu

Une guide conférencière propose un parcours commenté d'une durée de 1 h 15 dans le musée, pour une lecture thématique des collections.

2 € en plus du billet d’entrée – Gratuit pour les abonnés.

Certains dimanches à 11 h. Sans réservation, en vente le jour même dès 10 h, dans la limite des places disponibles.

Programme de mars et avril 2017

le 12 mars : Soins et beauté de la femme à l'époque romaine.
par Christine Berthon

le 9 avril : L'eau : aqueducs et thermes.
par Christine Berthon

le 23 avril : La vie à la campagne.

le 30 avril : Le port d'Arelate, une plateforme commerciale.
par Alice Vallat

Programme d'activités automne-hiver 2016/2017 du musée : ICI

Site Internet du musée : ICI

Connaissez-vous le musée Urgonia à Orgon ?

Un musée baptisé Urgonia et un sentier de la Pierre consacré à la géologie locale ont récemment ouvert leurs portes à Orgon. Le territoire d'Orgon est un site dont l'intérêt scientifique et culturel constitue un outil éducatif mis à la disposition des enseignants.

L'équipe du musée Urgonia sera heureuse de vous accueillir le samedi 21 mai à partir de 20 h 30 dans le cadre de la nuit des musées 2016. Cette soirée animée, placée sous le signe de la convivialité, sera l'occasion de découvrir le musée autrement.

Au programme, tout au long de la soirée, une enquête à mener dans le musée, un diaporama insolite, des vidéos réalisées par les élèves de seconde du lycée Saint-Charles projetées à l'extérieur, le tout agrémenté par une animation musicale.

Pour tout savoir du musée Urgonia, cliquer ICI.